Musiques de l’Ôbe

Les musiques de l’Ôbe – 12 dates – Perle du lac (Juin) – Pâquis (Juillet)

DERNIERE MINUTE : Les musiques de l’Ôbe programmées le 15/06 au matin sont annulée pour cause de pluie.

Plus d’infos bientôt sur le report de la date. 

Les Musiques de l’Ôbe

Au mois de juin, les Musiques de l’Ôbe auront lieu à la Perle du Lac en dessous du musée des Sciences. Elles auront lieu à l’Île Rousseau au mois de Juillet. 

Premier concert le 7 juin à 6h avec Ondina Duany & Vocal Iroko

Dirigé par Ondina Duany, Vocal Iroko revisite le répertoire vocal et les rituels de la tradition cubaine, elles développent un travail polyphonique, harmonique et rythmique original, qui apporte à ces chants un éclairage inédit conjuguant spiritualité, cosmopolitisme et modernité. « Pimienta
Negra » – le titre de ce nouveau programme – est un hommage rendu par ces artistes aux racines africaines de leur musique, merveilleusement servi par la créativité d’interprètes au talent
admirable.
Ce trio de voix habille ces chants d’harmonies délicates et parfois audacieuses, qui évoquent à la fois leurs sources africaines et leur ouverture sur le monde de la création contemporaine.

Les artistes : 

  • Ondina Duany, voix arrangements et direction
    Amanda Cepero et Diana Granda voix
    José Luis Musetti piano
    Orland Oliva basse et percussion

Le 8 juin, à la Perle du Lac, à 6h avec Nicolas Orioli & Massimo Pinca duo

« Un plus un ne donne pas toujours deux. S’il y a un dogme nous le détruisons. S’il y a du chaos nous l’organisons. Nous ne sommes pas des musiciens, nous sommes des conteurs”.


Né et grandi dans mon séjour durant un long et froid hiver, nourri avec des considérations sur la vie des migrants et des recettes de cuisine, ce duo excentrique trouve sa caractéristique principale dans la balance entre musique écrite et improvisée et entre les intentions les plus sérieuses et un fort sens de l’ironie.

A découvrir sur Youtube :

9 JUIN Les Musiques de l’Ôbe font la part belle à Cuba

Nous aurons tous le plaisir de voir et d’écouter le 9 juin à 6h
Shama Milan & sus Amigos à la Perle du Lac.

Shama Milan se plait à dire que le meilleur de la musique cubaine se trouve entre les années 1920 à 1960, et il sait divinement s’en faire l’émissaire. Il s’entoure de deux compatriotes connaissant parfaitement ce répertoire cher à leurs racines.
Ces trois comparses, donneront tout ce qu’ils ont dans leurs tripes pour un moment ensoleillé et festif tout en rendant hommage à leurs pères. Miguel Matamoros, Rosendo Ruis, Maria Teresa Vera, Mario Recio, Francisco Repilado (Compay Segundo) et bien d’autres compositeurs
cubains.

Shama Milan : chant, guitare & quatro
Orland Oliva : chant, contrebasse percussion
Nana » Jiménez : chant, guitare, tres

Shama Milan a joué aux Aubes Musicales il y a 2 ans, comme vous pouvez le voir, ils ont mis le feu au lac 

Le 14 juin Après Cuba et l’Italie, Le Portugal sera à l’honneur

Paula Oliveira & Léo Tardin

Poèmes portugais, chants traditionnels et chansons de la Révolution des Oeillets

La chanteuse lisboète Paula Oliveira et le pianiste genevois Léo Tardin se sont rencontrés dans la Ville Blanche en 2004, lors de l’enregistrement d’un album de reprises de chants de la Révolution des Oeillets et de quelques fados arrangés pour quintet de jazz.

Touchant le coeur de toute une génération de Portugais, ce disque fut un succès commercial et artistique qui permit au projet de se produire aux quatre coins du pays en passant par les Açores et Madère. Fort de ce succès, deux autres albums suivirent, mettant également en musique d’illustres poètes et auteurs lusitaniens tels que Pessoa, Ary dos Santos, Zeca Afonso et Sophia de Mello Breyner Andresen.

Paula et Léo poursuivent maintenant l’aventure en duo, privilégiant une lecture plus intimiste de ce répertoire, servi par la grande émotivité du timbre de voix de Paula et les subtilités harmoniques de Léo dégageant une indolence et une nostalgie toute portugaise.

Paula Olivieira: chant
Léo Tardin: Piano Fender Rhodes


15 juin, 6h à la Perle du Lac – La Cueva Flamenca avec Manuel Castan & Andrés Gil 

Après le Portugal, l’Espagne afin de poursuivre notre périple sur la péninsule Ibérique Pour cette occasion matinale La Cueva Flamenca a préparé une représentation alliant douceur, puissance ainsi que toute une gamme d’émotions qui devraient nous réjouir autant que l’astre solaire sortant de derrière sa colline. De quoi faire un plein d’énergie avant d’entamer une nouvelle journée sur terre.


Octavia de la Vega : danse
Naomi Guerrero : danse
Manuel Castan : guitare
Andrés Gil : chant

vendredi 16 juin la Guinée Bissau à l’honneur à la Perle du lac

Ibra Galissa kora solo : 6h à la Perle du Lac

Quoi de plus magique qu’un concert de kora au petit matin ? Donné par un grand virtuose de cet instrument…

Ibra Galissa détient solide ancrage dans la tradition mandingue et afro portugaise où il puisera certainement pour ce concert à l’aube. Il sortira volontiers des sentiers traditionnels pour emprunter des chemins connus de lui seul afin de nous emmener au loin, là-bas, sur ses terres africaines.

Ibra Galissa : kora

ÎLE ROUSSEAU

Mercredi 12 juillet : Amine et Hamza Mraihi à l’Île Rousseau

Loin des stéréotypes musicaux, les deux frères tunisiens Amine et Hamza, maitres du Oud et du Kanun, deux instruments piliers de la musique arabe, brandissent leurs instruments en signe d’invitation au voyage et au rêve dans un univers musical où se mêlent rêveries méditatives, structures parfois complexes et solos débordants d’énergie.

Ils seront accompagnés par le Tablaiste virtuose Prabhu Edouard, musicien nomade et expérimentateur passionné qui a collaboré avec les personnalités telles que Jordi Savall, Nguyen Lê, Joachim Kühn, Magic Malik..

Leur musique, dont l’inspiration première est solidement ancrée dans le maqam, s’est ainsi teintée au fil du temps d’éléments musicaux de cultures diverses laissant apparaître au détour d’une mélodie une ornementation d’inspiration indienne ou iranienne, un phrasé anatolien ou de tradition andalouse.

La sortie internationale de leur dernier album « Fertile Paradoxes » (Arc Music/ Mars 2017) a été saluée par une trentaine de médias internationaux et leur album continue à figurer dans top 10 des charts de musique du monde (transglobal World Music chart /European world music chart..).

Jeudi 13 juillet Two kinds of Blues à l’Île Rousseau

Carte blanche AMR

Two kinds of blues, titre d’un morceau de Jimmy Giuffre, ce trio d’amoureux de ce grand monsieur, vont lui rendre hommage avec toute la passion que sa musique leur procure. Un jazz de chambre en plein air, des compositions qui permettent une respiration, une place à l’improvisation libre entres musiciens dans une écriture aérée et complexe à la foi, on laisse le son se développer…

  • Maurizio Bionda, saxophone alto.
  • Danilo Moccia, trombone.
  • Brooks Giger, contrebasse

Vendredi 14 juillet Jil Gnawa à l’Île Rousseau

Mené par le Maalem (Maitre Gnawi ) Mohamed Khabba  originaire de la ville d’Essaouira au Maroc,  JIL GNAWA perpétue la tradition Gnawa et fait découvrir cet univers musical à un public de plus en plus large à travers l’Europe.
Dès son jeune âge, il  s’initie à la Tagnawite (la voie Gnawa) sous l’égide de grands maîtres tels que: Maalem Boubker, Maalem Hajoub, Maalem Saïd el Bourki et Maalem Omar Hayat.
Il évolue ensuit en compagnie d’autres maitres: Maalem Mahmoud Guinia, Maalem Abdallah Guinia, Maalem Abdallah Akheraz et Maalem Abslame Alikane, et devient à son tour maître «Maalem» Gnawa.

La musique GNAWA : La musique Gnawa est née au Maghreb des cultures amenées par les esclaves d’Afrique noire.Appelé Gnawa au Maroc, Diwan en Algérie, Stambali en Tunisie et Lybie. La confrérie Gnawa est le résultat d’un syncrétisme entre l’’Afrique de l’ouest, du centre et l’’Afrique du nord. La musique et les rituels Gnawas auraient pour origine les cultes d’adorcisme (possession acceptée et cultivée) sahéliens réadaptés par les descendants de musulmans Subsahariens au Maghreb. Longtemps marginalisés, les musiciens Gnawas sont aujourd’hui reconnus internationalement et participent à de nombreux projets de métissage musical.

Mercredi 19 juillet Sukhdev Mishra & Arup Sen Gupta à l’Île Rousseau

Musique Classique de l’Inde du Nord

  • Sukhdev Mishra : violon et voix
  • Arup Sen Gupta : tabla

Sukhdev Mishra vient d’une famille de musiciens de Bénarès où la musique se pratique depuis 9 générations. Depuis son plus jeune âge il fut initié aux ragas et à tous les infimes secrets qui rendent cette musique si mystérieuse. L’objet du raga, son essence en même temps, s’identifie à l’émotion créée dans l’esprit de l’auditeur : dévotion religieuse, mélancolie du crépuscule, joie d’une nouvelle rencontre, douleur d’une séparation… En affinité avec une heure, un jour, une saison, le raga pénètre la fragilité de l’instant, autant qu’il s’en inspire ; pénétrant cette fragilité, il la rend à l’éternité. L’Ôbe, ce moment tellement particulier est extrêmement propice pour écouter les ragas que Sukhdev Mishra nous jouera avec son comparse Arup Sen Gupta.

Mercredi 26 juillet Mark & Jupiter à l’Île Rousseau

Carte blanche AMR

Manu Gesseney, saxophone alto. Aina Rakotobe, saxophone baryton.

Manuel Gesseney et Aina Rakotobe sont les deux voix de Mark & Jupiter, duo de saxophones alto et baryton. Les deux musiciens jouent ensemble depuis la fin du XXe siècle et ont forgé, avec le temps, une complicité musicale hors du commun. L’expression française un peu triviale mais néanmoins évocatrice « cul et chemise » rend assez bien l’impression que l’on peut avoir à l’écoute de ce duo. Leur répertoire allie des compositions originales à des relectures à la fois intimistes et musclées de standards P-Funk, sans oublier quelques perles pêchées ça et là dans l’océan du Jazz.

Jeudi 27 juillet Tango Trio à l’Île Rousseau

Les Musiques de l’Ôbe ont l’immense plaisir de continuer leur périple avec un Concert de Tango argentin par le « Trío tango »
Martínez – Moltisanti – Flores (guitare, piano, voix)

On s’y croirait : Les bas fond du Rio de la Plata fin du 19èm, imaginez des couples dansant la milonga avec un trio jouant sur les traces de Carlos Gardel… Craquant. et tout ça, à l’Ôbe.